21.12.15

Editeurs passionnément

François-Marie Deyrolle
Lors de la parution de la monographie de Nathalie Savey (lire larticle ici) l’éditeur François-Marie Deyrolle nous a reçu chez lui et c’était l’occasion de faire un tour d’horizon sur son activité, son histoire aussi, et ses projets. Horizon(s) devant être mis au pluriel tant ses publications contiennent cet aspect éclectique d’un homme érudit : la collection Beaux-Arts rassemble des personnalités comme Gérard Titus-Carmel avec Yves Bonnefoy, Régis Debray avec Leonardo Cremonini, et des photos de Corinne Mercadier, Jean Dubuffet avec Marcel Moreau mais aussi avec Valère Novarina (dans un passionnant échange de correspondances), puis encore Pierre Bonnard, Sam Francis.. François-Marie Deyrolle a l’art de réunir dans un même ouvrage des poètes, des peintres, des photographes, des écrivains. Cette collection est atypique, remarquable, parce qu’elle ouvre des vues originales sur la critique et l’association d’idées entre deux personnages. La collection Littérature propose des auteurs rares dont les textes sont souvent accompagnés par des dessins : Christophe Grossi avec Daniel Schlier, Bruno Krebs avec Monique Tello, Jacques Moulin avec Ann Loubert.. Mais aussi par des photographies comme le livre de Claude Louis-Combet avec Yves Verbièse « Le nu au transept ». Nous avons là aussi aimé cette association et les photographies d’Yves Verbièse sont très belles. Nous sommes touchés par l’élégance de ces ouvrages. L’Atelier contemporain est le nom de la maison d’édition de François-Marie Deyrolle et nous trouvons ce label très opportun car l’éditeur se situe dans une démarche à la fois moderne et sensible. Mais il faut aussi entendre ses difficultés liées à ce travail d’édition, et qui ramènent François-Marie à de dures réalités : les fonds à trouver, acheteurs encore modestes en nombre, le relais par la presse trop frileux, diffusion en librairie parcimonieuse. Ancien directeur de la bibliothèque des musées de Strasbourg il crée sa maison d’édition en 2013 et arrive à constituer rapidement des collections d’un excellent niveau. Une belle œuvre qui cache un engagement personnel et intellectuel étonnant. François-Marie à de nombreux projets en cours et il caresse une ambition, celle d’ouvrir un jour une galerie où seraient réunis les ouvrages de « ses » écrivains, critiques, essayistes, peintres, photographes dans un espace d’exposition commun. Une synthèse in situ de ses magnifiques passions.

Bruno Chibane
Pourquoi donc faut-il être toujours dans la passion (cette douleur du plaisir) pour s’adonner à ce bonheur de l’édition ? Après François-Marie Deyrolle nous rencontrons un tout autre « fou » qui, sur d’autres concepts, parvient à sortir des revues et des livres dans un process haletant et joyeux. Bruno Chibane est un éditeur compulsif. A 16 ans il sort un fanzine sur le rock et la contre-culture, puis crée Limelight, une revue sur son autre passion, le cinéma. En 1997 c’est le tour de la revue Polystyrène (devenue Poly) et enfin en 2008 il lance Zut ! (Editions Chic Médias Strasbourg)  puis Novo, ce dernier titre en collaboration avec Philippe Schweyer (Editions Médiapop Mulhouse). Deux supports interrégionaux qui rassemblent actualités commerciales et contenus culturels. Zut ! est devenu un bel outil de communication, sur papier de qualité, et projette une image dynamique de Strasbourg, et de toute la région du Grand-Est (Lorraine, Luxembourg et Allemagne frontalière). Novo est centré sur les arts, les livres, le cinéma, le théâtre, la danse, la photographie, les expositions et parle des acteurs de la vie culturelle régionale et d’autres personnalités du spectacle (françaises et mondiales). La qualité rédactionnelle est aussi au rendez-vous. L’engouement de Bruno provient de sa curiosité et de son goût pour toutes les cultures mais aussi d’influences familiales (sa tante est la romancière et plasticienne Claudine Hunzinger) et relationnelles avec André S. Labarthe, grand critique de cinéma, producteur et réalisateur, et possède une vaste connaissance du monde des arts et de la culture. Mais Bruno Chibane sait aussi que toute passion a un coût et que le métier d’éditeur est souvent un combat. Néanmoins il veut faire paraître de belles choses, avec son ami Philippe Sweyer, comme par exemple ces livres de photographes :  Philippe Lutz, Pascal Bastien, Bernard Plossu, Philipp Anstett, Martin Parr.. Le tout à découvrir à la boutique 14, rue Sainte-Hélène, Strasbourg.

Editeurs littéraires ou bien de revues culturelles sont des métiers qui aident le public à découvrir et à s’intéresser à l’art et à l’écriture. Un sacerdoce qui appelle le respect.

Publicité